Le HFT fait son marché

Beaucoup s'insurgent de la montée en puissance continue du High-Frequency Trading (HFT) qui relègue les intervenants traditionnels à l'âge du bronze et les boursicoteurs à l'âge de pierre. Ses défenseurs prétendent qu'il crée de la liquidité, liquidité qui peut néanmoins s'évaporer d'un instant à l'autre. Le fameux Flash Crash de mai 2010, les difficultés de l'IPO de Facebook, l'échec de l'IPO de Bats et la quasi mort subite de Knight Capital cet été sont passés par là, et pourtant rien n'a changé, le HFT continue de croître encore et toujours. Mardi et mercredi, un joli petit algorithme tout beau fraîchement repéré par Nanex a fait le marché, au sens propre du terme. Pendant ce temps là, les places boursières font leur marché de HFT.

 

Animation Nanex montrant a première 1/2 seconde de chaque seconde

 C'est mignon toutes ces couleurs, n'est-ce pas? Encore une animation de grande qualité réalisée par Nanex qui permet d'identifier un algo dont la spécialité est tout simplement de bourrer le carnet d'ordre. En découpant chaque seconde en millisecondes, sa signature apparaît systématiquement entre la 225 et la 350ème milliseconde (le rouge indique que cela provient du Nasdaq). Sur l'ensemble des séances de mardi et mercredi, cet algo serait responsable de 4% de la cote, c'est du bon bourrage de carnet d'ordre! Il touche de très nombreux titres, de Microsoft à Groupon en passant par Wells Fargo ou Lilly, et semble fonctionner durant toute la séance ou presque, mobilisant donc en permanence une part conséquente de la bande passante.

 

Un seul algo capable de représenter 4% de la cote journalière, impressionnant ! Heureusement Madame Shapiro a présidé une table ronde sur le sujet du HFT et a affirmé qu'il fallait examiner plus en détail la question. En reformulant quelque peu, on en arrive à ce constat : rien n'a changé depuis mai 2010. Diable, cela ressemble beaucoup à l'administration Obama, et pourtant... Pourquoi donc le régulateur ne s'active pas davantage pour vérifier tout d'abord les impacts du HFT avant que les algos ne s'attaquent entre eux? La réponse réside sans doute dans les comptes de résultat des places boursières, NYSE, Nasdaq, CME et autre ICE. 

 

En effet, la part des revenus provenant du HFT pour ces 4 places est en moyenne de 24%. Pour le NYSE, cela va même jusqu'à représenter 31.5% (17.1% pour le Nasdaq qui a donc une belle marge de progression). Dans un monde où nous pouvons lire chaque jour ou presque "dans des volumes limités" à la cloche, les places boursières soumises à une concurrence accrue de la part des dark pools, sont à la recherche de clients. Ce ne sont certainement pas les pigeons comme tonton Alfred et mammy zinzin qui vont permettre à ces groupes et à leurs actionnaires de faire du chiffre, ils ont de toute manière déserté le marché faute de confiance et/ou faute de moyens. Dans ce cas là, une seule option possible: attirer le HFT et faire en sorte que rien n'entrave son développement.

 

Part du HFT dans les revenus des "Exchanges"

 

L'être humain n'apprendra donc jamais rien. Il lui faudra un second flash crash pour réaliser que le HFT débridé est un réel danger pour l'ensemble des acteurs du marché, d'autant que: There is no such thing as a bug-free software. Le HFT n'est donc pas prêt d'être bridé mais en attendant, cette nuit, je suis liquide.

 

Kiss me good night.

 

 

7 commentaires sur “Le HFT fait son marché

  1. Quelle est la part de responsabilite des marches en cas de flash crash? Ne devraient ils pas bloquer les quotations en cas de comportement suspect ?

    • Les cotations sont souvent suspendues, pas besoin de flash Crash pour cela. Lorsque le FTSE MIB perd 5%, les Bancaires sont generalement a la traine, et si celles-ci passent les 10% de baisse (ou 15, je ne sais plus), ou si elles sont trop volatiles, vous verrez un message comme celui-ci : »UNICREDIT HALTED – LOSSES 10% ». En cas de Flash Crash, le probleme est que les Stop Loss se declenchent, donc perte pour la banque…

  2. en extrapolant un peu il y a deux sujets 1) le HFT 2) le trading electronique. le 2eme ne bourre pas les carnet d’ordre mais peut servire à découper un ordre conséquent en plusieurs afin qu’il soit mieux « digéré » par le marché, celui-là n’est pas trop problématique. Parcontre le bourage de carnet est une PLAIE !!! c’est comme si vous alliez au marché et que le marchand mettait/retirait des fruit et légume en permanance sur sont étalle.

  3. Je me souviens d’une époque lointaine où le temps de détention type d’un titre par un investisseur s’imaginait en trimestres.

    Une nouvelle génération d’acteurs de marché a mis fin à ces pratiques, une nouvelle fera de même à ceux-là bientôt.

  4. origine inconnue…. de nous autres pauvres mortels…
    Pour passer de tels volumes, il faut des connections informatiques dedies et tres grosses, avec des performances tres hautes, donc, des liens reseaux extremement cher.
    Un operateur comme le NYSE connais ainsi les addresses IP ou autres identifiants utilises par cet algorythme pour se connecter aux serveurs du NYSE ou effectuer des operations.
    Il ne peu en etre autrement…

Laissez un commentaire

En vous connectant par : S’inscrire sur ce site / Se connecter
Ou en restant anonyme (et fourbe) :