Pouvoir jouer la chute de la dette francaise

L'histoire :
Eurex la place de marché allemande (cotant notamment l'Eurostoxx ou le Bund) va lancer un future sur la dette d'état Français : l'OAT10 ans.

Explication : Qu'est ce qu'un future ?
Les futures ont été créé par les céréaliers américains (Kellog's) pour acheter "à terme" cad à l'issue de la récolte de l'année le stock des agriculteurs (Quakers).




Imaginons que nous plantons du maïs aujourd'hui pour une récolte dans 9 mois. Mais notre ami Kellog's vient acheter dés aujourd'hui à un prix fixé (disons 100$) pour dans 9 mois. Imaginons que c'est une excellente année et que l'offre est largement sur-abondante par rapport à la demande. Dés lors le prix du maïs (prix spot) s'écroule à 80$. Notre contrat si je le revend vaut +20$ pour l'agriculteur et -20$ pour Kellog's. Si au contraire il y a pénurie et que le spot monte à 120$, l'agriculteur affiche donc une moins value de 20$ sur son contrat alors que Kellog's lui affiche une plus value de 20$ sur son contrat.

On constate ici que cela permet à l'agriculteur de se couvrir contre une baisse du cours du maïs, si il estime que le prix peut baisser. De plus, l'agriculteur et le céréalier n'avancent pas la somme de 100$ ils paient juste les "appels de marge" (margin call en anglais) des plus ou moins values de l'instrument en cours de vue selon une périodicité pré-déterminée.

On peut faire des futures sur à peut prêt tout (pétrole, matière première agricole, actions, dette...).

Les futures dont nous parlons aujourd'hui sont des futures sur dette. Les plus connus en Europe sont ceux sur la dette d'état Allemand, le BUXL pour la dette 30 ans, le Bund pour la dette 10 ans, le Bobl pour la dette 5y et le Schatz pour la dette 2 ans. Ce sont des produits très courants servant à couvrir les portefeuilles de dettes contre des fluctuations de taux variables.

Mais où est donc le problème ?
Je vais reprendre mon image favorite (je n'ai pas trouvé mieux) si l'on se sert d'un marteau intelligemment cela permet de construire une maison, mais si on s'en sert pour taper sur la tête de son voisin, ça devient une arme.

Pour les instruments financiers c'est pareil. Un future comme outil de couverture est vraiment utile, mais on peut aussi s'en servir pour organiser des "shorts" massifs du marché, c'est à dire parier massivement la baisse du marché. La limite de l'exercice est de trouver une contrepartie qui accepte de prendre la position opposée à la votre.

Les raisons de ne pas avancer sur ce projet :
Le problème est que Eurex trouve très opportuniste de sortir un Future sur l'OAT 10y sur la dette française.

Après tous les déboires que nous avons connu il serait peut être judicieux de temporiser la sortie de cet outil car :
1/ il n'est pas indispensable, on s'en sort très bien avec ce qui existe actuellement, ce n'est donc pas une demande du marché
2/ le marché de la dette souveraine n'est pas stabilisé, ça pourrait créer des remous et favoriser l'action de certains
3/ parce qu'il sera lancé le 16 avril soit 4 jours de bourse avant le premier tour de la présidentielle française, ce qui est un peu stupide.
4/ car il y a 10 ans déjà on éteignait ce même produit qui n'avait pas marché sur la place de marché MATIF
5/ car je pense que ce produit est plus une action marketing de la part d'Eurex qui cherche à combler des volumes de transactions qui s'effritent que de faire gagner de l'argent à ses clients

Quelles solutions pour réguler cela ?
En revanche je ne vois pas trop quel régulateur pourrait empêcher ce produit de sortir. Peut être l'AMF qui interdirait temporairement l'utilisation de ces outils dans les fonds de droit français, et l'AFB (ou la commission bancaire) qui ferrait de même avec les books de trading des banques françaises. Mais ça serait un étrange signal donné au marché.

Un signal de faiblesse et de manque de confiance en sa propre dette. On va pas se mentir, la dette française est en pleine phase de convalescence, ne la remettons pas immédiatement au milieu du champs de bataille. Elle se prendra a coup sur une balle perdue.

Eric Valatini

Eric Valatini

Trader et entrepreneur à l'autre bout de la planète...mais quel est le bout d'une sphère ?

3 commentaires sur “Pouvoir jouer la chute de la dette francaise

  1. Très bonne analyse des risques potentiels de la mise sur la marché d'un future 10 ans français… Néanmoins, cela me parait plus logique de traiter les OAT en cross (acheter le future et vendre le papier ou inversement) avec un futur de même nationalité, plutôt qu'avec du bund comme ça se fait actuellement! Par contre, c'est donner une raison de plus aux spéculateurs de faire baisser le prix du papier et donc d'augmenter les taux d'intérêts et l'endettement de l'état. A réfléchir…

  2. La disparition des marchés à terme de dettes n'est-elle pas liée, au moins implicitement, à l'euro ? A partir du moment où on met la monnaie unique en place, le seul future référent devient celui concernant la dette du pays soutien de la zone, l'Allemagne en l'occurrence.
    En revanche, le signal envoyé, en terme de construction européenne est tout de même bien inquiétant.

  3. Le début de l'article est intéressant car pédagogique mais pourriez-vous expliciter 'organiser des « shorts » massifs du marché' en décrivant les étapes (et leurs conséquences) d'une telle opération ?
    Je suppose que ça veut dire acheter des centaines de tonnes de « maïs » en espérant les revendre avec une grosse marge mais j'ai du mal à faire le lien avec de la dette pour marchandise.
    Est-ce que ça revient à souscrire des dizaines de contrats d'assurance sur la maison de son voisin et empocher le pactole si elle brûle ? Est-ce que ce sont ces achats massifs qui allument le feu ? Par quel mécanisme ? Et dans ce cas, pourquoi n'est-ce pas seulement l'assureur qui est ruiné ?

Laissez un commentaire

En vous connectant par : S’inscrire sur ce site / Se connecter
Ou en restant anonyme (et fourbe) :